//
article
Télévision

Coproductions: la fin d’un âge d’or

Avec la baisse des apports étrangers au cours de la décennie 2000, le financement des séries d’animation s’est recentré sur l’hexagone tout en gardant une forte ouverture à l’international.

Période faste s’il en est, les plans de financements des séries d’animation françaises affichaient fièrement sur la période 2000-2003 des apports étrangers avoisinant les 45%, que ce soit sous forme de préventes ou de coproduction. Une crise des valeurs technologiques et une crise financière plus tard, ceux-ci ne représentent plus aujourd’hui que 25% des financements. Cette chute est en grande partie due à la baisse des apports copro, qui chutent entre 2000 et 2006 de 35 à 15% en moyenne – pour se maintenir par la suite entre 15 et 20%.

Le tarissement de cette manne financière va ainsi induire de nombreux changements dans l’industrie française de l’animation. Les coûts de production sont réduits, passant sous de la barre des 600 K€ de l’heure, et aux coproductions internationales on préférera désormais la sous-traitance en Asie. Les primodiffuseurs et le CNC sont mis, par ailleurs, à contribution: l’apport antenne passe d’environ 20 à 30% en moyenne tandis que le CNC, via le compte de soutien, passe la barre de 15%. Les préventes France en seconde fenêtre progressent également, dépassant les 5%.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Browse

Entrez votre adresse mail.

Coming up

Cartoon Forum17 septembre 2013